[AGTN 2021] – Atelier « Les croyances limitantes : ça vous parle ? »

Prenez de la hauteur sur vos organisations

[AGTN 2021] – Atelier « Les croyances limitantes : ça vous parle ? »

AGTN Canopy 2021

Lors de l’Agile Tour Nantes 2021, qui s’est tenu les 4 et 5 novembre, une conférence m’a particulièrement marquée : L’atelier sur les croyances limitantes de Carole Vinerier.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une croyance limitante ?

Une croyance est une certitude et une conviction.

Une croyance est limitante lorsqu’elle nous empêche d’entreprendre et est un obstacle sur le chemin de notre épanouissement personnel. Elle existe car elle nous a servi à un moment de notre vie.

Par exemple : « je ne sais pas chanter », « je n’ai pas les compétences pour ce métier », « je n’y arriverai jamais », « tout est de ma faute », etc…

Ces croyances peuvent être avérées, connues ou à l’inverse, détachées de faits et inconscientes.

Notre objectif était de mieux les entrevoir, mieux en comprendre les effets pour ainsi mieux les maîtriser par la suite.

Déroulement de l’atelier

40 personnes étaient présentes pour cet atelier au sein d’un petit amphithéâtre, propice aux échanges.

Nous avons tout d’abord pris un moment pour lister nos croyances individuelles et déterminer celles qui sont limitantes.

A partir de celles-ci, nous nous sommes questionnés :

  • Quels sont les bénéfices que ces croyances nous ont apportées ?
  • Au contraire, qu’est-ce que cela nous a coûté ?
  • Avons-nous nourri et comblé des besoins par ces croyances ?

L’objectif final étant de mieux entrevoir ce que l’on peut en faire (les garder, les faire disparaître ou les modifier), nous commençons par prendre le temps d’en voir les bénéfices. Ces croyances ne sont pas arrivées sans raisons, elles nous ont bien souvent rendu service. Par la suite, nous serons plus a même de savoir si nous voulons nous en détacher.

Nous avons ensuite alterné des moments d’introspection et des moments d’échanges avec son voisin afin de comprendre et partager sur ces croyances que l’on veut ou non garder.

A la fin de l’atelier, chacun reste libre de déterminer des actions concrètes dans son agenda, d’oser, de changer, de déplacer, de bousculer parfois son entourage afin de répondre à nos besoins. Chacun peut également décider d’en rester là, de mûrir cet apprentissage et d’y revenir (peut être) plus tard.

Mon retour

Je ne sais pas ce qui m’a le plus attiré dans le thème de Carole. Est-ce parce que je l’avais croisée plus tôt dans la journée ? Ou parce que son poste atypique au sein d’une ESN me touchait ?

Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé l’atelier intéressant et mené avec de beaux moments de partage et des discussions profondes avec mon interlocutrice.

J’ai aimé réfléchir sur la notion de croyance et sur ces certitudes qui sont issues de nos expériences et de notre éducation. Elles sont parfois porteuses, parfois franchement limitantes, mais toujours utiles à connaître.